Tour et «Tonnara» de Bonagia

Tour et «Tonnara» de Bonagia

Torre e Tonnara di Bonagia

L’ensemble de l’ancienne madrague, l’un des plus intéressants d’un point de vue architectonique, transformé maintenant en ensemble touristique, a probablement des origines normandes: avec la tour annexe, son existence est déjà documentée depuis le début du XVIème siècle. Propriété de la cour royale qui l’accordait en concession aux particuliers, en 1639 la «tonnara» fut achetée par la famille Stella qui la garda jusqu’au XIXème siècle, à travers des hauts et des bas; après quoi, cette propriété passa en héritage à l’œuvre charitable Casteldimirto et, après la suppression des corporations religieuses (1866), elle devint domaine étatique et fut confiée aux particuliers; enfin, dans les années 1980, elle fut vendue à une société qui la transforma en hôtel et résidence.

Malgré les transformations, l’ancienne «tonnara» a tout de même gardée sa physionomie propre, à savoir celle d’un ensemble fortifié avec une très grande cour centrale sur laquelle donnaient les entrepôts et les étables, la cuisine, le four et le moulin, le logement du gardien et même la petite église. À l’étage supérieur, se trouvaient les logements du raïs, du «gabelloto» (type de métayer ou de colon) et de l’aumônier. Le propriétaire habitait dans un bâtiment à deux étages avec une terrasse. Les «pagliari», des locaux rustiques destinés à l’équipage, étaient situés dans la partie gauche de la madrague, alors qu’à droite, se trouvait la «trizzana», un grand hangar pour garder les navires.

À l’intérieur de la «tonnara» se dresse une tour de guet à plan carré avec, au sommet, deux guérites; comme l’indique la date qui est gravée à l’entrée, elle a été reconstruite en 1626, après avoir été détruite en 1624 à la suite d’une attaque berbère. Aujourd’hui, elle est devenue le musée de la madrague où sont conservés non seulement des pièces archéologiques qui ont été retrouvées au fond de la mer mais aussi des outils de travail et un modèle de madrague en mer reproduisant toute la série de filets pour la capture des thons et la chambre de la mort.

À l’extérieur, rangées en ordre de séquence, se trouvent les nombreuses ancres qui étaient utilisées pour la capture des thons et leur mise à mort.

Depuis le rivage, on peut admirer le merveilleux paysage sur la mer tyrrhénienne autour du golfe magnifique entouré par les collines et couronné par Mont Cofano, et on peut aussi entrevoir Punta Lunga de San Vito Lo Capo.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Questo sito utilizza cookies tecnici e di terze parti per funzionalità quali la condivisione sui social network e/o la visualizzazione di media. Chiudendo questo banner, cliccando in un'area sottostante o accedendo ad un'altra pagina del sito, acconsenti all’uso dei cookie. Se non acconsenti all'utilizzo dei cookie di terze parti, alcune di queste funzionalità potrebbero essere non disponibili. Per maggiori informazioni consulta la pagina Privacy policy

Questo sito utilizza i cookie per fonire la migliore esperienza di navigazione possibile. Continuando a utilizzare questo sito senza modificare le impostazioni dei cookie o clicchi su "Accetta" permetti al loro utilizzo.

Chiudi