Église San Lorenzo

Église San Lorenzo

Cattedrale

La cathédrale «Saint-Laurent» a des origines très anciennes qui remontent à l’an 1102; rénovée au cours de la première moitié du XIVème siècle, c’est en 1421 qu’Alphonse le Magnanime l’élève à paroisse. Au XVIIème siècle, elle fut agrandie par le moine Bonaventura Certo et, en 1748, elle prit sa forme actuelle grâce à l’architecte Giovanni Biagio Amico qui en dessina les chapelles latérales flanquant l’abside, le chœur, la coupole, le clocher et la façade.

La façade est à deux ordres: le premier est occupé par un portail à trois grandes arcades en plein cintre alors que le deuxième, rentré vers l’intérieur, affiche une forme convexe dans sa partie centrale et concave dans ses deux ailes.

À l’extérieur, la construction est complétée par un dôme élancé, flanqué de quatre petites tourelles, semblables à des contreforts.

À l’intérieur, l’église a un plan basilical à trois nefs, divisées par des files de colonnes en jaspe sicilien, et un transept: l’ensemble évoque un style austère de type maniériste-baroque. Les nefs centrales sont ornées de stucs en style néoclassique, réalisés par les artistes de Palerme, Girolamo Rizzo et Onofrio Noto; les fresques de la voûte en berceau sont le chef-d’œuvre de Vincenzo Manno (1796-1802).

Parmi les œuvres qui sont gardées dans la cathédrale figurent: une Crucifixion dont l’attribution à l’artiste flamand Van Dick est assez douteuse, un Père Éternel et une Lapidation de Saint-Étienne, chef-d’œuvres de Domenico La Bruna, une toile représentant Saint Georges, chef-d’œuvre du peintre de Trapani Andrea Carreca (nef de gauche), les tableaux de Giuseppe Felice représentant Saint Antoine de Padoue, Saint Christophe et le Martyre de Saint Laurent.

Il faut aussi mentionner le «Christ Mort» (du XVIII ème siècle), un ouvrage qui revêt un grand intérêt, réalisé en pierre incarnée par Giacomo Tartaglio et gardé sous l’autel du Saint Sacrement dans l’abside de droite.

Ce qu’on appelle pierre «incarnée» est un albâtre particulier, couleur beige-rose, affichant des nuances qui vont du gris au noir et au rouge-brun, extrait d’une carrière située dans la Commune de Valderice, près de Casalbianco.

Un bas-relief en marbre de l’artiste Giuseppe Nolfo, représentant la Nativité (et datant du XVIII ème siècle), est aussi gardé dans le narthex.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Questo sito utilizza cookies tecnici e di terze parti per funzionalità quali la condivisione sui social network e/o la visualizzazione di media. Chiudendo questo banner, cliccando in un'area sottostante o accedendo ad un'altra pagina del sito, acconsenti all’uso dei cookie. Se non acconsenti all'utilizzo dei cookie di terze parti, alcune di queste funzionalità potrebbero essere non disponibili. Per maggiori informazioni consulta la pagina Privacy policy

Questo sito utilizza i cookie per fonire la migliore esperienza di navigazione possibile. Continuando a utilizzare questo sito senza modificare le impostazioni dei cookie o clicchi su "Accetta" permetti al loro utilizzo.

Chiudi